Tous les hommes du roi - WARREN Robert Penn

Couverture Tous les hommes du roiPRIX PULITZER de la Fiction 1947 - Années trente, tandis que dans la chaleur moite du Sud, des ennemis manœuvrent pour prendre sa place, Willie Stark, "L'enfant humilié" devenu gouverneur, se découvre un nouvel adversaire : le vertueux Juge Irwin, le boss charge alors Jack Burden, narrateur cynique en quête de sens, du fardeau de découvrir la vérité, car dans un monde de corruption "il y a toujours quelque chose à déterrer". Mais déjà le temps agit, et le futur met en place le passé, et tous les hommes du roi montent sur scène pour la tragédie à venir. De l'angélique Anne Stanton à la diablesse Sadie Burke, en passant par Adam l'esthète et Sugar Boy le porte-flingue, chacun jouera son rôle à l'écriture époustouflante, qui de la vie donne son image la plus juste et poignante : celle de la fragilité.

Biographie de l'auteur

Robert Penn Warren (1905-1989) est un écrivain américain.
C'est un romancier "sudiste", en ce sens que son oeuvre est profondément marquée par les séquelles de la guerre de Sécession. En effet, son grand-père officier dans l'armée confédérée lui ayant conté nombre d'événements survenus durant ce conflit, Robert Penn Warren a été très imprégné par l'humiliation de la défaite et le ressentiment contre un vainqueur qui se montra impitoyable après sa victoire. Pour les écrivains du sud, le grand problème est "le problème noir". Ce n'est pas seulement pour eux un problème de justice sociale, mais davantage une question de morale et de métaphysique : l'esclavage "est le péché du sud".
Etudiant dans les grandes universités de Berkeley, Yale et Oxford, il a longtemps professé à l'Université de Louisiane, où il a dirigé pendant quatre ans la Southern Review, l'une des meilleures revues littéraires des Etats-Unis. Penn Warren fut poète et critique avant d'être romancier. En tant que romancier, il trouva son matériel de prédilection dans les chroniques historiques et politiques ou alors s'inspira de personnages vivants pour créer des intrigues qu'il développa dans un style lyrique d'une richesse exceptionnelle.
Il reçut le Prix Pulitzer du Roman en 1947 pour son plus célèbre roman Les Fous du roi puis le Prix Pulitzer de Poésie en 1957 et 1979. Il est le seul à avoir été récompensé dans ces deux catégories.
En 1957 il est lauréat du prix de Rome américain (Rome Prize) en littérature.

Date première édition: avril 1946

Editeur: Toussaint Louverture

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 7 / 10 (1 note)

Enregistré le: 02 mars 2020



MB
Appréciation de lecture
Tous les hommes du roi
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #1 du : 05 mars 2020
J'ai entendu des avis enthousiastes de lecteurs de cet ouvrage et je ne ressens pas exactement la même chose ! Alors peut-être suis-je passée à côté ?

Oui on assiste à l'arrivée -par quelques manoeuvres diverses- d'un homme du peuple Willie STARK qui s'élève en ayant fait des études jusqu'à devenir Gouverneur et utilise les armes à sa portée pour se faire une place (découvrir les failles et malversations de ceux qui pourraient lui faire de l'ombre)

Pour cela il peut compter sur Jack BURDEN issu lui d'une famille aisée, son 'homme de confiance' journaliste à la solde de W.S. "le BOSS"qui s'arrange pour faire coïncider les requêtes de son Boss en modifiant les projets de ses adversaires...

Aucun de nous n'est noir ou blanc

Bien des personnes gravitent aussi autour du Boss : son chauffeur, sa collaboratrice, son épouse plutôt sur la touche, Adam Stanton et sa soeur Anne amis de jeunesse de Jack, etc

J'ai été agréablement surprise des descriptions :
un repas :
"tout le monde commença à mastiquer sous son regard aux aguets. Elle restait assise, attentive à la moindre assiette, vide ou non, et son visage semblait s'apaiser avec le contentement intérieur d'un mécano quand il descend de nuit dans la salle des machines voir la grande roue tourner à en être floue, et que tout, sous la lumière électrique, bourdonne, scintille et chante comme les rouages éternels dans la tête de Dieu"

ADAM et ANNE vus par Jack leur ami :
"je crois que ce jour-là, pour la première fois, je vis Anne et Adam comme deux êtres distincts, agissant chacun de manière indépendante, mystérieuse et importante
C'est aussi peut-être ce jour-là que je me vis comme une personne à part entière.
Mais ça c'est une autre histoire"


Jack seul en voiture :
"on ne se sent jamais aussi seul que lorsqu'on conduit la nuit, sous la pluie.
Il paraît qu'on existe réellement que sous le regard des autres. Si les autres n'étaient pas là, toi aussi tu cesserais d'exister puisque tes actions, qui font de toi ce que tu es, n'ont de sens que par rapport aux autres
C'est une pensée très réconfortante quand tu es seul en voiture, la nuit, sous la pluie, car ainsi tu n'es pas TOI.
N'étant ni toi ni personne, tu peut enfin commencer à te détendre et à goûter un peu de repos
Prendre congé de toi-même."



description de la nature :
"C'était une belle matinée de la mi-mai, et ce matin-là en particulier, à cette heure-là, neuf heures et demie environ, il y avait dans l'air un ultime parfum de printemps -à cette époque de l'année, on avait presque déjà oublié qu'il y avait eu un printemps- quelque chose de laiteux, et au loin, à ma fenêtre, le fleuve était enveloppé d'une légère brume blanche, laiteuse elle aussi"


Cet ouvrage est fort bien construit j'en conviens...

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :