L'autre moitié du soleil - ADICHIE Chimamanda Ngozi

Couverture L'autre moitié du soleilLagos, début des années soixante. L'avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d'Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d'Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d'Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s'étalant sur les drapeaux : c'est le symbole du pays et de l'avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d'un million de victimes. Évoquant tour à tour ces deux époques, l'auteur ne se contente pas d'apporter un témoignage sur un conflit oublié ; elle nous montre comment l'Histoire bouleverse les vies. Bientôt tous seront happés dans la tourmente. L'autre moitié du soleil est leur chant d'amour, de mort, d'espoir.

Biographie de l'auteur

Chimamanda Ngozi Adichie, née en 1977, est une écrivaine nigériane.
Originaire d’Enugu, elle grandit dans la ville universitaire de Nsukka au sud-est du Nigeria où est implantée l’Université du Nigeria à Nsukka (UNN). Durant son enfance, son père enseignait à l’UNN comme professeur de statistiques, et sa mère était la responsable du bureau de la scolarité.
À l’âge de 19 ans, elle quitte le Nigeria pour les États-Unis. Après avoir étudié à l'Université Drexel de Philadelphie en Pennsylvanie, Chimamanda Ngozi Adichie opte pour l’Eastern Connecticut State University afin de vivre plus près de sa sœur, qui exerçait la médecine à Coventry (actuellement à Mansfield, CT).
Elle poursuit là ses études en communication et en sciences politiques. En 2001, elle y obtient son diplôme universitaire avec la mention honorifique summa cum laude. Elle achève ensuite un master en création littéraire à l’université Johns-Hopkins de Baltimore en 2003. Elle obtient un M.A. (maîtrise ès arts) d’Études africaines à l’Université Yale en 2008.
La même année, elle intervient comme "écrivain visiteur" à l’Université Wesleyenne de Middletown dans le Connecticut où elle participe à la collection Wesleyan's Distinguished Writers Series.
Son premier roman, "L'hibiscus pourpre" (Purple Hibiscus, 2003), a été sélectionné pour l'Orange Prize et pour le Booker Prize. "L'autre moitié du soleil" (Half of a Yellow Sun, 2006) a reçu l'Orange Prize.
Son troisième ouvrage, le recueil de nouvelles "Autour de ton cou" (The Thing Around Your Neck), paraît en avril 2009.
En 2013, paraît son quatrième ouvrage, un roman intitulé "Americanah", qui suit le parcours d'une jeune Nigériane partie étudier aux États-Unis, et qui sera confrontée au racisme et à la discrimination.
Dans "Chère Ijeawele" (Dear Ijeawele) publié en 2017, Chimamanda Ngozi Adichie propose une éducation féministe en quinze points et que cette éducation soit donnée dès le plus jeune âge. Elle vit entre Lagos et Washington.

Date première édition: avril 2006

Editeur: Folio

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 9 / 10 (1 note)

Enregistré le: 28 février 2020



Marie-Claire
Appréciation de lecture
L'autre moitié du soleil
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #1 du : 28 février 2020
Ce roman raconte la guerre civile au Nigéria dans les années 60, lorsque le Biafra se proclame indépendant.

Nous vivons une décennie environ avec beaucoup de personnages qui voient leur vie basculer:des bourgeois riches et cultivés, des intellectuels, des plus pauvres souvent superstitieux….Ils vont espérer, souffrir, tous sont complexes, puissants, profondément humains. Le plus attachant, pour moi, est Ugwu. Arrivé à 13 ans comme domestique chez Odenigbo,il s’attache très vite à son « master » puis à sa compagne Olanna et ensuite à la petite Baby. Il observe, s’étonne, s’instruit, change et raconte avec naïveté leur vie avant et pendant la guerre.

C’est à la fois une leçon d’Histoire et un bel hommage à toute une population qu’on pouvait voir à la télévision -particulièrement les enfants victimes de la famine avec leur ventre énorme et qu’on a oubliés.
Un très beau roman encore, très bien écrit

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :