Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon - DUBOIS Jean-Paul

Couverture Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal. Il y partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre.
Retour en arrière: Hansen est superintendant a L'Excelsior, une résidence où il déploie ses talents de concierge, de gardien, de factotum, et – plus encore – de réparateur des âmes et consolateur des affligés. Lorsqu'il n'est pas occupé à venir en aide aux habitants de L'Excelsior ou à entretenir les bâtiments, il rejoint Winona, sa compagne. Aux commandes de son aéroplane, elle l'emmène en plein ciel, au-dessus des nuages. Mais bientôt tout change. Un nouveau gérant arrive à L'Excelsior, des conflits éclatent. Et l'inévitable se produit.
Une église ensablée dans les dunes d'une plage, une mine d'amiante à ciel ouvert, les méandres d'un fleuve couleur argent, les ondes sonores d'un orgue composent les paysages variés où se déroule ce roman.
Histoire d'une vie, Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon est l'un des plus beaux livres de Jean-Paul Dubois. On y découvre un écrivain qu'animent le sens aigu de la fraternité et un sentiment de révolte à l'égard de toutes les formes d'injustice.

Biographie de l'auteur

Jean-Paul Dubois, né en 1950, est un écrivain français.
Il a suivi des études de sociologie. Journaliste, il commence par écrire des chroniques sportives dans "Sud-Ouest". Après la justice et le cinéma au "Matin de Paris", il devient grand reporter en 1984 pour le "Nouvel Observateur".
Il a écrit pour le "Nouvel Observateur" une série d'articles sur les États-Unis dont une sélection a été publiée dans deux recueils aux Éditions de l'Olivier: "L'Amérique m'inquiète" (1996) et "Jusque-là tout allait bien en Amérique" (2002).
Écrivain, Jean-Paul Dubois a publié de nombreux romans.
"Kennedy et moi" (1996) est son premier roman à avoir fait l'objet d'une adaptation au cinéma, réalisé par Sam Karmann en 1999. Le film "La nouvelle vie de Paul Sneijder" (2016) est l'adaptation du roman "Le cas Sneijder" (2011) et "Le fils de Jean" (2016) est inspiré du roman "Si ce livre pouvait me rapprocher de toi" (1999).
Il a obtenu le Grand prix de l'Humour noir 1991 pour "Vous aurez de mes nouvelles", le prix France Télévisions 1996 pour "Kennedy et moi" (Le Seuil, 1996), le prix Femina 2004 et le prix du roman Fnac 2004 pour "Une vie française" (Éditions de l'Olivier, 2004), le Prix Alexandre-Vialatte 2012 pour "Le cas Sneijder" (2011).
Le 4 novembre 2019, Jean-Paul Dubois obtient le prix Goncourt avec son livre, "Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon".
Jean-Paul Dubois vit à Toulouse.

Date première édition: août 2019

Editeur: Olivier

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 6.80 / 10 (5 notes)

Enregistré le: 11 septembre 2020



Pascale
Appréciation de lecture
Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #5 du : 14 janvier 2021
Cet auteur est pour moi une découverte : j’ai été happée, emportée dès mes premières lignes tout autant par le style extrêment fluide de l’auteur que par le personnage de Paul.

J’ai été touchée de bout en bout par l’humanité de ce personnage et de son histoire.

L’auteur maintient notre attention par le suspense, on a envie de savoir comment cet homme qui semble si humain a pu se retrouver en prison.

J’ai trouvé tous les personnages principaux de cette histoire bien développés et étudiés : Paul bien sûr puis son père, sa mère (par petites touches puisque leur relation a été fugace), son épouse Winona, leur chien Nouk, enfin son co-détenu Patrick, si fragile sous sa carapace de brute.

Le dénouement se lit rapidement et répond pour ce personnage à cette question : que fait t’on lorsque l’on a tout perdu ?

Chacun se fera son idée de cet ouvrage qui a obtenu le prix Goncourt 2019, mais pour cela, il faut le lire…

En attendant, un extrait des pages 14-15, qui résume l’état d’esprit de ce roman :

« A cette époque, la prison n’était encore pour moi qu’un concept théorique, une facétie de jeux de dés vous enjoingnant de passer votre tour enfermé dans la case pénitentiaire du Monopoly. Et ce monde fagoté d’innocence semblait bâti pour l’éternité, tout comme mon père, le pasteur Johanes Hansen, occupé à faire vibrer le coeur des hommes et les roues phoniques d’un orgue Hammond dans sa paroisse protestante noyée sous des averses d’amiante bénite ; comme Winona Mapachee et sa douceur algonquine, arrondissant ses virages aux commandes de son avion taxi Beaver pour poser en douceur clients et flotteurs au fil de l’eau de tous les lacs du nord ; comme ma chienne Nouk qui venait à peine de naître et semblait me considérer de ses grands yeux noirs comme le commencement et la fin de toutes choses.
Oui, j’amais ce temps, déjà lointain, où mes trois morts étaient encore en vie. »
Michel G.
Appréciation de lecture
Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #4 du : 22 décembre 2020
Deux types cohabitent dans la même cellule d'une geôle au Canada.
Un fondu de Harley Davidson (plutôt drôle) et un mec bien dont on se demandera jusque dans les dernières page quel délit il a bien pu commettre. Et Dubois de nous raconter la vie de celui-ci.
Comme dirait Cyrano "c'est un peu court jeune homme" !
En tout cas c'est bien mince pour faire un prix Goncourt. S'il s'agit là du meilleur roman 2019, eh bé, ça craint !!!
Cathiou
Appréciation de lecture
Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #3 du : 11 novembre 2020
Un livre que j'ai apprécié pour son humanité.

On y rencontre la tolérance vis à vis de personnages loufoques et une dénonciation des injustices.
On y voit les conséquences de l'enfermement en prison
Dernière édition : 11 novembre 2020, 13:19:59 par moderateur  
Félicie
Appréciation de lecture
Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 10 novembre 2020
"Je suis assez perplexe. je dois dire que, si j'avais dû choisir ce livre uniquement en écoutant les entretiens de l'auteur avec les journalistes, je ne l'aurai certainement pas lu. Jean-Paul Dubois est un être réservé et très pessimiste.

Paul Hansen voyage entre la France, le Canada et le Danemark, dans un monde tragique, violent et injuste. on y croise des personnages loufoques (comme son compagnon de cellule qui a la phobie des cheveux et qui tombe dans les pommes lorsqu'on les lui coupe) mais aussi attendrissants.

Il y a de l'humour, de la poésie et surtout beaucoup d'humanité dans ce roman.

Mon intérêt pour ce livre s'est affirmé dans les 90 dernières pages"
MB
Appréciation de lecture
Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #1 du : 13 septembre 2020
Je n'ai pas été captivée par les tribulations du héros sauf pendant les 40 dernières pages ce qui est modeste

j'avais beauxoup apprécié 'vous plaisantez monsieur Tanner' cependant...

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :