Sur les routes du monde - TERNISIEN Nicolas

Couverture Sur les routes du monde

Prix littéraire René Caillié des récits de voyage en 2014.  C'est l'histoire d'un Français qui décide de quitter sa vie tranquille, trop banale, pour découvrir le monde... à vélo ! Parti du Japon, Nicolas sillonne toute l'Asie pour rejoindre, au rythme de ses deux roues, la Normandie. Pendant près de trois années, le jeune homme fait un demi-tour du monde et vit une fantastique aventure humaine. Au fil de la route, il tombe amoureux de la beauté sereine des montagnes japonaises, découvre le sourire légendaire des Thaïlandais et goûte à l'hospitalité infinie de l'Ouzbékistan et de l'Iran... C'est aussi au contact des populations que le baroudeur prend conscience des problèmes sociaux, écologiques et ethniques de notre époque. Surtout, sur les routes du monde, Nicolas se découvre lui-même. Et c'est là, dans ce voyage intérieur, que réside la plus surprenante des aventures.
Trois ans à vélo à la découverte de soi et des autres.

Biographie de l’auteur :

Nicolas Ternisien, né en 1982, a grandi près de Dieppe, en Normandie. Après des études scientifiques, il s'installe dans la vie active. Puis il décide de tout quitter pour traverser l'Eurasie à vélo. Désormais, il organise des périples en deux roues pour les voyageurs, tout en continuant à découvrir le monde.

 


Date première édition: mars 2017

Editeur: City Edition

Genre: Récit de voyage

Mots clés :

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

Enregistré le: 19 février 2020



Gislaine
Appréciation de lecture
Sur les routes du monde
Appréciation : 6,5 / 10
Commentaire #1 du : 28 février 2020
Ce livre est en fait un carnet de voyage à vélo de 2 ans et demi.

J'ai bien aimé le début, l'auteur raconte le Japon et le raffinement (jusque des les moindres détails) de la population.
Puis peu à peu, les jours se ressemblent : rouler, manger et où dormir.
Bien sûr, on traverse des paysages incroyables et on fait quelques rencontres sympathiques ... mais ce qui m'a agacé ce sont les propos de ce jeune qui trouvent les gens généreux et accueillants (surtout les plus pauvres).

Ayant décidé de ne pas débourser un centime pour dormir, il voyage avec sa tente et demande chaque soir, à la tombée de la nuit, s'il peut s'installer près d'une maison. La plupart du temps, il sera invité à l'intérieur et on lui confectionnera un bon repas (au nom de l'hospitalité). Impossible de dédommager la famille : elle se sentirait humiliée (même si elle a dû entamer ses maigres réserves).
Le lendemain ... même chose.

Aujourd'hui, l'auteur organise des rando-vélo en Indonésie ou au Japon (à bon prix).
Finalement, la lecture de ce récit a été gâchée par le coté financier de ce beau projet, car je trouve qu'il y a une conduite et une éthique à respecter.

Dommage !

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :