La Plus précieuse des marchandises : Un conte - GRUMBERG Jean-Claude

Couverture La Plus précieuse des marchandises

Il était une fois, dans un grand bois, une pauvre bûcheronne et un pauvre bûcheron. Non non non non, rassurez-vous, ce n'est pas Le Petit Poucet ! Pas du tout.
Moi-même, tout comme vous, je déteste cette histoire ridicule. Où et quand a-t-on vu des parents abandonner leurs enfants faute de pouvoir les nourrir ? Allons... Dans ce grand bois donc, régnaient grande faim et grand froid. Surtout en hiver. En été une chaleur accablante s'abattait sur ce bois et chassait le grand froid. La faim, elle, par contre, était constante, surtout en ces temps où sévissait, autour de ce bois, la guerre mondiale. La guerre mondiale, oui oui oui oui oui.

Biographie de l'auteur

Jean-Claude Grumberg, né en 1939, est un dramaturge, scénariste et écrivain français.

Avant de devenir auteur dramatique, il exerce plusieurs métiers, dont celui de tailleur, milieu qu'il prend pour cadre de sa pièce "L'Atelier" (1979). Il découvre le théâtre en étant comédien dans la compagnie. Il devient écrivain en signant en 1968 "Demain, une fenêtre sur rue", puis des textes courts, comme "Rixe", qui sera joué à la Comédie-Française.

Il écrit sur ce qui le hante depuis tout petit : la disparition de son père dans les camps d'extermination nazis : "Maman revient pauvre orphelin, Dreyfus" (1974) et "Zone libre" (1990).
En 1998, "L'Atelier", pièce reprise au Théâtre Hébertot à Paris, connaît un grand succès et reçoit en 1999 le Molière de la meilleure pièce du répertoire.

Au cinéma, il est scénariste de : "Les Années Sandwiches", codialoguiste avec François Truffaut et Suzanne Schiffman pour "Le Dernier Métro" (1980), "La Petite Apocalypse" (1993) de Costa-Gavras, "Le Plus Beau Pays du monde" de Marcel Bluwal (1999), "Faits d'hiver" de Robert Enrico (1999), "Le Couperet" (2005) de Costa-Gavras.
Pour la télévision, il écrit les scénarios de "Thérèse Humbert", "Music Hall" de Marcel Bluwal, "Les Lendemains qui chantent" de Jacques Fansten et "Julien l'apprenti" de Jacques Otmezguine.
En 1999, il se tourne vers un nouveau public avec "Le Petit Violon", pièce de théâtre destinée aux enfants. C'est un auteur de littérature jeunesse qui figure sur la liste officielle des œuvres destinées au cycle 3 éditée par le ministère de l’Éducation Nationale.
Jean-Claude Grumberg a reçu le Grand prix de l'Académie française en 1991 et le Grand prix de la SACD 1999 pour l'ensemble de son œuvre ; le Molière du meilleur auteur dramatique en 1991 pour "Zone libre", et en 1999 pour "L'Atelier".
Il est le père de l'actrice Olga Grumberg (1970).
Après une cinquantaine de textes écrits pour le théâtre plus quelques scénarios de cinéma, Jean-Claude Grumberg publie un conte qui s’intitule « La Plus précieuse des marchandises », forme singulière pour évoquer la déportation.

Date première édition: janvier 2019

Editeur: Points

Genre: Conte , Roman

Mots clés :

Notre avis : 9.50 / 10 (2 notes)

Enregistré le: 08 septembre 2021



Gislaine
Appréciation de lecture
La Plus précieuse des marchandises : Un conte
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #2 du : 01 décembre 2021
Sorti en 2019, ce petit livre de 100 pages a déjà une valeur universelle.

L'histoire commence par "Il était une fois". Il y a donc une pauvre bûcheronne et son pauvre bûcheron de mari, il y a des méchants, des gentils, une forêt mystérieuse ...

Au début, c'est un peu déstabilisant de raconter la Shoah sans jamais utiliser le mot juif ou nazi. L'écriture minimaliste pourrait desservir la cause qu'elle prétend servir, car elle apporte de la légèreté à une période gravissime. Néanmoins, le choix du conte permet de marquer les esprits sans trop les traumatiser.

Une belle performance littéraire
Ce livre est une "précieuse marchandise" !

Extraits :
Les jours succédèrent aux jours, les trains aux trains. Dans leurs wagons plombés, agonisait l’humanité. Et l’humanité faisait semblant de l’ignorer. Les trains provenant de toutes les capitales du continent conquis passaient et repassaient, mais pauvre bûcheronne ne les voyait plus.

Le père des ex-jumeaux souhaitait mourir, mais tout au fond de lui poussait une petite graine insensée, sauvage, résistant à toutes les horreurs vues et subies, une petite graine qui poussait et qui poussait, lui ordonnant de vivre, ou tout au moins de survivre. Survivre.
Marie-Claire
Appréciation de lecture
La Plus précieuse des marchandises : Un conte
Appréciation : 10 / 10
Commentaire #1 du : 20 octobre 2021
Un conte pour se souvenir de la Shoah. Voici le début : un bûcheron et sa femme, très pauvres, vivent dans une forêt,ils ont bien faim et froid. Mais l’auteur ajoute que tout près de chez eux passe une ligne de chemin de fer sur laquelle circulent des trains qui transportent des marchandises et le lecteur comprend vite de quoi il s’agit puisque tout autour c’est la guerre. Pauvre bûcheronne (elle est toujours nommée ainsi) n’a pas eu d’enfants hélas et elle adore regarder passer ces trains espérant trouver quelque chose de merveilleux ou simplement à manger.
Il y aurait tant de choses à dire sur ce livre précieux, avec une magnifique écriture qui nous bouleverse.
A lire absolument !

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :