Avis de lecture » Les livres par mot-clé » Résultats

Légende d'un dormeur éveillé - NOHANT Gaëlle

Couverture Légende d'un dormeur éveillélogo : Coup de CoeurEn romancière funambule, Gaëlle Nohant a relevé le défi lancé par Queneau : " Il n'y aura pas de connaissance véritable de Desnos tant qu'on n'en aura pas établi la légende. " Fabuleuse investigation littéraire, Légende d'un dormeur éveillé ressuscite quinze ans d'histoire du poète, des années folles à l'Occupation.
Une traversée du xxe siècle, vivante et tumultueuse, sur les traces d'un héros dont on ne peut que tomber amoureux. C'est par la fiction que Gaëlle Nohant choisit d'explorer la vie aussi

Notre avis : 8.33 / 10 (3 notes)

La Mécanique du Cœur - MALZIEU Mathias

Couverture La Mécanique du CoeurEdimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à. l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve prêt à toit pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté. Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Cœur vibre d'une rugueuse force poétique où l'humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants

Mots clés : ,
Notre avis : 7 / 10 (1 note)

Minuit en mon silence - CENDORS Pierre

Couverture Minuit en mon silence

Couverture logo MLH2019Lecture faite par Sylvie Boivin (Mille lectures d'hiver 2019).

« J’aimais la pluie, tous les visages de la pluie, avec une sorte d’adoration primitive. La pluie lourde des orages d’étés, gouttes de terre enciellées qui délivrent des senteurs torréfiées ; la pluie nocturne et lente des soirées d’automne, celle de janvier, éteinte et engourdie, qu’un vent mauvais houspille, et ma préférée, celle que l’on hume, la nuit, la fenêtre grande ouverte : la pluie, dense et serrée comme la chaume, la pluie invisible des grands

Notre avis : aucune note

Novecento : pianiste - BARICCO Alessandro

Couverture Novecento : pianiste

Né lors d'une traversée, Novecento, à trente ans, n'a jamais mis le pied à terre. Naviguant sans répit sur l'Atlantique, il passe sa vie les mains posées sur les quatre-vingt-huit touches noires et blanches d'un piano, à composer une musique étrange et magnifique, qui n'appartient qu'à lui: la musique de l'Océan dont l'écho se répand dans tous les ports.
Sous la forme d'un monologue poétique, Baricco allie l'enchantement de la fable aux métaphores vertigineuses..

Biographie de l'auteur

Alessandro Baricco, né en 1958, est un écrivain, musicologue et homme de théâtre italien.
Notre avis : 8.50 / 10 (2 notes)

Poèmes de Ronsard en bandes dessinées - RONSARD Pierre de

Couverture Poèmes de Ronsard en bandes dessinées

logo club ADO Poèmes de Pierre de Ronsard en bandes dessinées

Biographie de l’auteur

Auteurs de la BD : claire Moussiegt, marie-laure Asciach, Sébastien Danguy des Déserts et Collectif.

Mots clés : ,
Notre avis : aucune note

Poèmes de Victor Hugo en bandes dessinées - HUGO Victor

Couverture Poèmes de Victor Hugo en bandes dessinées

logo club ADO Poèmes de Victor Hugo en bandes dessinées

Biographie de l’auteur

Auteurs de la BD : Ch. Renault et Coll.

Mots clés : ,
Notre avis : 7 / 10 (1 note)

La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules - DELERM Philippe

Couverture La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules

C'est facile, d'écosser les petits pois. Une pression du pouce sur la fente de la gousse et elle s'ouvre, docile, offerte. Quelques-unes, moins mûres, sont plus réticentes - une incision de l'ongle de l'index permet alors de déchirer le vert, et de sentir la mouillure et la chair dense, juste sous la peau faussement parcheminée. Après, on fait glisser les boules d'un seul doigt. La dernière est si minuscule. Parfois, on a envie de la croquer. Ce n'est pas bon, un peu amer, mais frais comme la cuisine de onze heures, cuisine de l'eau froide, des légumes épluchés - tout près, contre l'évier, quelques carottes nues brillent sur un torchon, finissent de sécher. Alors on parle à petits coups, et là aussi la musique des mots semble venir de
Notre avis : aucune note

Affichage des avis de lecture 1 à 7 | Page 1 de 1

1