Animations » 2019 Nuit de la lecture

La nuit de la Lecture.

image Nuit de la Lecture

 

Dans le cadre de l'édition 2019 de la nuit de la lecture, Semoy a ouvert la bibliothèque de nuit ainsi que 3 autres lieux de lecture et musique. Le public constitué en 3 groupes s'est déplacé à la Maison des Associations, à la Salle des mariages et à l’Eglise pour se retrouver ensuite à la bibliothèque. Le fil conducteur de cette déambulation nocture était "Les animaux".

Les contes des origines ont été lus par les Amis de la Bibliothèque : Catherine, Lydie, Marie-Claire, Michèle, Michel-Henri, Pascale, Patrick, et par notre bibliothécaire Laure.

 

image Nuit de la Lecture Catherine

image Nuit de la Lecture Marie-Claire

 

 

 

 

 

 

 

image Nuit de la Lecture Michel-Henri image Nuit de la Lecture Michèle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 La création du chien :

— Que veux-tu, Chien ?
— Seigneur Bon Dieu, je voudrais loger chez toi, au ciel, sur le paillasson devant la porte.
— Bien sûr que non ! dit le Bon Dieu. Je n’ai pas besoin de chien puisque je n’ai pas encore créé les voleurs.
— Quand les créeras-tu, Seigneur ?
— Jamais. Je suis fatigué. Voilà cinq jours que je travaille, il est temps que je me repose. Te voilà fait, toi, Chien, ma meilleure créature, mon chef-d’œuvre. Mieux vaut m’en tenir là. Il n’est pas bon qu’un artiste se surmène au-delà de son inspiration. Si je continuais à créer, je serais bien capable de rater mon affaire. Va, Chien ! Va vite t’installer sur la terre. Va et sois heureux.

Le chien poussa un profond soupir :
— Que ferais-je sur la terre, Seigneur ?
— Tu mangeras, tu boiras, tu croîtras et multiplieras.

Le chien soupira plus tristement encore.
— Que te faut-il de plus ?
— Toi, Seigneur mon Maître ! Ne pourrais-tu pas, toi aussi, t’installer sur la terre ?
— Non ! dit le Bon Dieu. Non, Chien je t’assure. Je ne peux pas du tout m’installer sur la terre pour te tenir compagnie. J’ai bien d’autres chats à fouetter. Ce ciel, ces anges, ces étoiles, je t’assure, c’est tout un tracas.

Alors le chien baissa la tête et commença à s’en aller.
Mais il revint :
— Ah ! si seulement, Seigneur Bon Dieu, si seulement il y avait là-bas une espèce de maître dans ton genre…
— Non, dit le Bon Dieu, il n’y en a pas.

Le chien se fit tout petit, tout bas, et supplia plus près encore :
— Si tu voulais, Seigneur Bon Dieu… Tu pourrais toujours essayer…
— Impossible, dit le Bon Dieu. J’ai fait ce que j’ai fait. Mon œuvre est achevée. Jamais je ne créerai un être meilleur que toi. Si j’en créais un autre aujourd’hui, je le sens dans ma main droite, celui-là serait raté.
— O Seigneur Bon Dieu, dit le chien, ça ne fait rien qu’il soit raté pourvu que je puisse le suivre partout où il va et me coucher devant lui quand il s’arrête.

Alors le Bon Dieu fut émerveillé d’avoir créé une créature si bonne et il dit au chien :
— Va ! qu’il soit fait selon ton cœur. Et, rentrant dans son atelier, Il créa l’homme.

Nota Bene : L’homme est raté, naturellement. Le Bon Dieu l’avait bien dit. Mais le chien est joliment content !

 

image Nuit de la Lecture Lydie  image Nuit de la Lecture Pascale

 Le kangourou

   Il y a très longtemps, le kangourou marchait sur ses quatre pattes et courait très vite.

   Un jour, il fut réveillé par un feu de brousse. Il essaya de se mettre à l’abri mais les flammes l’entourèrent et lui brûlèrent les pattes de devant. Alors, pour échapper à la mort, il se posta sur ses pattes arrière et sur sa queue et se mit à sauter aussi loin qu’il put pour franchir la barrière de flammes. Quand il voulut marcher à nouveau, il se rendit compte qu’il ne pouvait plus.

 

Depuis ce jour, il continue de se déplacer en sautant.

 

 

image Nuit de la Lecture Laure

    Pourquoi les animaux ont une queue ?

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il fut un temps où les animaux n’avaient pas de queue. Vous avez bien entendu : pas de queue. Ni le renard, ni l’âne, ni le lapin, ni le chien, ni les autres. Et cela les rendait fort tristes. /…

Imaginez la surprise de tout ce petit monde lorsqu’on annonça qu’une grande foire allait avoir lieu, et qu’on allait y vendre, devinez quoi : des queues !


-Il faut que j’y sois le premier, pensa le renard.
Et il partit ventre à terre, courant plus vite qu’il ne l’avait jamais fait. Il arriva bon premier à la foire.
Des queues, il y en avait, oui, et de toutes sortes : des grandes, des minces, des courtes, des longues. Sans parler des queues en forme de feuille, de pompon ou de ficelle, des queues lisses comme le verre ou aussi râpeuses que le bois.
C’était merveilleux de voir cela, et le renard eut tout loisir de choisir la plus rousse, la plus touffue, en un mot la plus belle.

Sur le chemin du retour, il rencontra le chien, qui loucha sur le panache roux.
-Diable ! Voici une bien belle queue. Crois-tu qu’il en reste encore ?
-Si fait, compère. Mais la plus belle est accrochée derrière moi, gloussa le renard.
Le chien courut à la foire et se trouva, ma foi, une assez belle queue, pareille à un gros plumeau noir. S’en retournant chez lui, il rencontra le chat, qui loucha sur le plumeau noir.

-Diable ! Voici une bien belle queue. Crois-tu qu’il en reste encore ?
-Si fait, compère. Mais la plus belle est accrochée derrière moi, claironna le chien.
Le chat courut à la foire et se trouva, ma foi, une assez belle queue, rayée comme le pelage du zèbre et qui ressemblait à un serpent soyeux.
Au retour, il rencontra le cheval, qui loucha sur le serpent soyeux.

-Diable ! Voici une bien belle queue. Crois-tu qu’il en reste encore ?
-Si fait, compère. Mais la plus belle est accrochée derrière moi, ricana le chat.
Le cheval courut à la foire et dut fouiller longtemps pour trouver, ma foi, une assez belle queue, toute de crins immenses, semblable à une grande barbe de maïs.
Il s’en allait chez lui quand il rencontra la vache, qui loucha sur la longue barbe de maïs.

-Diable ! Voici une bien belle queue. Crois-tu qu’il en reste encore ?
-Plus beaucoup, commère. Et les dernières ne sont pas bien belles, soupira le cheval.
La vache courut donc à la foire. C’était vrai. Les plus belles queues étaient parties ! Elle fureta, fouina, et finit tout de même par dénicher une queue, un peu ridicule, ma foi, en forme de corde effilochée. Bah ! Pour chasser les mouches, pensa-t-elle, c’était bigrement suffisant.
Tous les animaux défilèrent les uns après les autres, et le tas de queues diminua, diminua. Enfin, beaucoup plus tard, arriva le cochon, encore essoufflé de sa longue course, et bon dernier.

-Il n’y aura plus de queue, pleurnichait-il, et je serai le seul à ne pas avoir l’arrière-train garni !
Mais si ! Il en restait une. Une misérable et ridicule petite queue en tire-bouchon. Croyez-vous qu’il en eût du chagrin ? Point du tout. Il se l’attacha sur le champ et s’en retourna chez lui, fier comme un pape.
C’est ainsi que les animaux ont trouvé leur queue, C’est ainsi et pas autrement,
Extrait de Mille ans de contes d’animaux 1993.


image Nuit de la Lecture Amis Bibli

Le Rossignol

Autrefois, le rossignol ne chantait pas la nuit. Il avait un gentil filet de voix et s’en servait avec adresse du matin au soir, le printemps venu. Il se levait avec les camarades, dans l’aube grise et bleue, et leur éveil effarouché secouait les hannetons endormis à l’envers des feuilles de lilas.
 
Il se couchait sur le coup de sept heures, sept heures et demie, n’importe où, souvent dans les vignes en fleur qui sentent le réséda, et ne faisait qu’un somme jusqu’au lendemain.
 
Une nuit de printemps, le rossignol dormait debout sur un jeune sarment, le jabot en boule et la tête inclinée, comme avec un gracieux torticolis. Pendant son sommeil, les cornes de la vigne, ces vrilles cassantes et tenaces, dont l’acidité d’oseille fraîche irrite et désaltère, les vrilles de la vigne poussèrent si dru, cette nuit-là, que le rossignol s’éveilla ligoté, les pattes empêtrées de liens fourchus, les ailes impuissantes…
 
Il crut mourir, se débattit, ne s’évada qu’au prix de mille peines, et de tout le printemps se jura de ne plus dormir, tant que les vrilles de la vigne pousseraient.
Dès la nuit suivante, il chanta, pour se tenir éveillé :
 
Tant que la vigne pousse, pousse, pousse…
Je ne dormirai plus !
Tant que la vigne pousse, pousse, pousse…
 
Il varia son thème, l’enguirlanda de vocalises, s’éprit de sa voix, devint ce chanteur éperdu, enivré et haletant, qu’on écoute avec le désir insupportable de le voir chanter.
Extrait de Les vrilles de la vigne - Colette

 

 

 

Dans la salle des mariages ...

Florence et les jeunes racontent "Une histoire à toutes les sauces" d'après Gilles Barraqué.

 image Nuit de la Lecture

L'HISTOIRE SANS SAUCE :
Maman m'a raconté cette histoire en rentrant du travail : en passant par le square près de la mairie, elle a vu un chat qui essayait d'attraper un oiseau posé au bord du bassin ; le chat a sauté, mais l'oiseau s'est envolé ; alors le chat est tombé à l'eau. Cette histoire m'a beaucoup fait rigoler. 

 

image Nuit de la Lecture

image Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 image Nuit de la Lectureimage Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 

À LA SAUCE MILITAIRE
Mission : raconter ce qu'a consigné maman, de retour de l'exercice. La zone : un terrain de jeux civil. Les forces en présence : un chat camouflé, un oiseau au ravitaillement. Circonstances de l'accrochage : erreur de visée du chat qui manque son objectif, repli de l'oiseau. Pertes subies : le chat coulé. Moral de la troupe : excellent.

 

À LA SAUCE DU CORBEAU ET DU RENARD
Maman m'a dit en rentrant du bureau
Écoute un peu cette histoire :
Sur l'esplanade du Trocadéro
J'avise un horrible chat noir
Hé, mon Dieu, que fait l'assassin ?
Il guette un oisillon posé près du bassin !
Sans mentir, si ce sac à puces
S'approche un tout petit peu plus,
Il réglera son compte au pauvre oiseau qui boit
Mais alors, tandis que je vois avec effroi
Le matou sauter sur sa proie
L'oisillon déguerpit d'un coup d'aile fort adroit !
Pas le temps de dire « ouf »
Et plouf :
Le chat bien attrapé atterrit directement dans la flotte
Que penses-tu de cet épisode, Charlotte ?

Moi, Charlotte, je n'en pouvais plus :
J'étais pliée en deux, riant comme une bossue.

 

image Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image Nuit de la Lecture

 image Nuit de la Lecture

 image Nuit de la Lecture

  image Nuit de la Lectureimage Nuit de la Lecture

 

 image Nuit de la Lecture

 

 

 image Nuit de la Lecture Public

 

 

Dans l'église, les élèves de l'Ecole de Musique de Semoy ont interprété "Le Carnaval des Animaux" de Camille Saint-Saëns (1835-1921). Il s’agit d’une suite musicale en 15 mouvements, chacun de ces mouvements correspondant à un animal : tortues, kangourous, personnages à longues oreilles....

 image Nuit de la Lecture

 Les spectateurs étaient répartis en trois groupes, tous les acteurs se sont donc produits trois fois de façon remarquable.

Félicitations aux artistes pour cette magnifique soirée !

 

image Nuit de la Lecture

 

 

De retour à la bibliothèque, les enfants ont écouté des contes lu par l'association "Lire et Faire lire".

Le repas partagé s'est tenu dans la salle Irène Frain.

  image Nuit de la Lectureimage Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

image Nuit de la Lectureimage Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rendez-vous est donné à 20h à l'église de Semoy pour assister au spectacle de la "Cie Sept-Epées" qui revisite les Fables de la Fontaine (au jardin), en musique et en langage des signes.

image Nuit de la Lecture

 Cécile Herisson (Tours2Mains) et Anne-Louise de Ségogne (Cie Sept-Epées)

image Nuit de la Lectureimage Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image Nuit de la Lecture

 

Pour vivre libre, il faut voir le Monde, et le voir tel qu’il est.
Pas de changement, sans prise de conscience !

image Nuit de la Lecture

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

image Nuit de la Lectureimage Nuit de la Lecture

 

Ainsi s'achève la 1ere Nuit de la Lecture semeyenne.

Merci à tous les acteurs et intervenants pour cette soirée sensationnelle.

 

 

Pour aller plus loin, voici quelques liens sur internet :

Nuit de la lecture :  https://nuitdelalecture.culture.gouv.fr/

 

Une histoire à toutes les sauces de Gilles Barraqué :

https://www.babelio.com/livres/Barraque-Une-histoire-a-toutes-les-sauces/561720

 

 

Lire et faire lire : https://www.lireetfairelire.org/

Ecole de musique de Semoy : https://www.ville-semoy.fr/ecole-municipale-de-musique-maurice-ravel/

 

Compagnie Sept-Epées : http://www.sept-epees.net/accueil/spectacles/les-fables/

 Langage des signes : http://www.tours2mains.net/

 

Carnaval des animaux : https://www.musicologie.org/sites/c/carnaval_des_animaux.html

Dossier pédagogique : Carnaval des Animaux 

 

Les Amis de la Bibliothèque vous remercient de votre visite.