Juste après la vague - COLLETTE Sandrine

Couverture Juste après la vague

Une petite barque, seule sur l'océan en furie. Trois enfants isolés sur une île mangée par les flots. Un combat inouï pour la survie d'une famille. Il y a six jours, un volcan s'est effondré dans l'océan, soulevant une vague titanesque, et le monde a disparu autour de Louie, de ses parents et de ses huit frères et soeurs. Leur maison, perchée sur un sommet, a tenu bon. Alentour, à perte de vue, il n'y a plus qu'une étendue d'eau argentée. Une eau secouée de tempêtes violentes, comme des soubresauts de rage. Depuis six jours, ils espèrent voir arriver des secours, car la nourriture se raréfie. Seuls des débris et des corps gonflés approchent de leur île. Et l'eau recommence à monter. Les parents comprennent qu'il faut partir vers les hautes terres, là où ils trouveront de l'aide. Mais sur leur barque, il n'y a pas de place pour tous. Il va falloir choisir entre les enfants. Une histoire terrifiante qui évoque les choix impossibles, ceux qui déchirent à jamais. Et aussi un roman bouleversant qui raconte la résilience, l'amour, et tous ces liens invisibles mais si forts qui soudent une famille.

 Biographie de l'auteur

Sandrine Collette, née en 1970, passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique. Elle devient chargée de cours à l'Université de Nanterre, travaille à mi-temps comme consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et restaure des maisons en Champagne puis dans le Morvan.
Elle décide de composer une fiction "Des nœuds d'acier", publié en 2013. Ce 1er roman rencontre un vif succès et obtient le Grand Prix de littérature policière ainsi que le Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne.
En 2014, elle publie son second roman "Un vent de cendres" (chez Denoël) qui revisite le conte La Belle et la Bête.
Devenue l'un des grands noms du thriller français, une fois encore, elle montre son savoir-faire imparable dans "Six fourmis blanches" (2015)."Il reste la poussière" (2016) obtient le Prix Landerneau du polar. En 2017 paraît "Les larmes noires sur la terre".
Sandrine Collette partage son temps entre la région parisienne et son élevage de chevaux dans le Morvan.

Date première édition: janvier 2018

Editeur: Denoel

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 8 / 10 (1 note)

Enregistré le: 23 novembre 2018



MB
Appréciation de lecture
Juste après la vague
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #1 du : 29 novembre 2018
Comment raconter cette violente, étrange, intense aventure humaine dans un monde réduit à l'EAU qui cerne de
toutes parts, après une catastrophe écologique ?



Le lecteur est avec les parents et six des enfants, (sauf trois laissés au domicile faute de place), unis et ballotés par la barque, fragile fétu à la merci des éléments déchaînés, des dangers sous-marins, du manque criant de nourriture, perdue au milieu d'une mer inhospitalière, dans le chagrin, la résignation, l'amertume, la soif, la terreur, le souvenir !
extrait : "...elle a juste perçu le très léger déchirement à l'intérieur jusque dans les vibrations de son corps, une partie sur le bateau avec 6 enfants, une partie qui reste sur l'île avec les 3 autres...EUX, là-bas, dans quelques heures auront appris qu'ils sont seuls..."

Le père est face au danger : extrait : "la vague, levée tel un monstre liquide, lui avait arraché un cri de terreur,. Elle avait obscurci le ciel à des kilomètres de lui, ouvert une gueule béante et s'était lancée à l'assaut du monde, des hommes et des bêtes".

Le style est souvent abrupt, sans sujet, comme si l'économie des mots accompagnait le roulis de l'embarcation
extrait : "...n'a plus de force, de toute façon"...

Pour le lecteur l'angoisse croît au fil des jours et nuits d'une navigation hasardeuse ; il partage les péripéties, les dangers, admire le courage stupéfiant, le dépassement de soi des membres de la famille soumis à la terreur face aux éléments incontrôlables de cette catastrophe climatique -qui nous conduit à réfléchir-

Pendant ce temps les trois enfants laissés dans la maison qui commence à être un danger ressentent :

extrait : "l'étrange climat que le grand raz-de-marée leur a imposé, avec ces orages incessants, ce ciel qui vire et tourneboule...A la surface de l'eau, ça se creuse, ça prépare des trous et des tourbillons noirs, et où qu'ils regardent, la mer se ramasse sur elle-même, gronde, se hisse en rouleaux houleux qui se forment au loin, avancent dans l'écume et les font se réfugier à l'étage".


Encore un extrait montrant les épreuves de la navigation : "des jours de peur et de douleur, à surveiller la mer, à trembler devant les tempêtes, à se faire saigner les mains à cause des rames qu'il faut tenir du matin au soir, à échapper aux pièges, des jours à douter, à pleurer en silence, pour ne pas effrayer les autres. Des jours qui durent des siècles".


La reconstruction familiale se fera mais dans le temps, mêlée aux doutes, au chagrin et au souvenir des épreuves et des pertes

Roman intéressant qui donne envie de connaître mieux cet auteur

Cet état de catastrophe m'a rappelé "LA ROUTE" de Cormac Mc Carthy

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :