J'ai dû rêver trop fort - BUSSI Michel

Couverture J'ai dû rêver trop fortLes plus belles histoires d’amour ne meurent jamais.
Elles continuent de vivre dans nos souvenirs et les coïncidences cruelles que notre esprit invente.
Mais quand, pour Nathy, ces coïncidences deviennent trop nombreuses, doit-elle croire qu’il n’y a pas de hasard, seulement des rendez-vous ?
Qui s’évertue à lui faire revivre cette parenthèse passionnelle qui a failli balayer sa vie ?
Quand passé et présent se répètent au point de défier toute explication rationnelle, Nathy doit-elle admettre qu’on peut remonter le temps ?
En quatre escales, Montréal, San Diego, Barcelone et Jakarta, dans un jeu de miroirs entre 1999 et 2019, J’ai dû rêver trop fort déploie une partition virtuose, mêlant passion et suspense, au plus près des cœurs qui battent trop fort.

Biographie de l'auteur

Professeur de géographie à l'université de Rouen, Michel Bussi, né en 1964, est le 2e auteur français le plus lu en 2018 (Palmarès le Figaro: GFK). Il est l'auteur aux Presses de la Cité de Nymphéas noirs, polar français le plus primé en 2011 (Prix Polar Michel Lebrun, Grand Prix Gustave Flaubert, Prix Polar méditerranéen, Prix des lecteurs du festival Polar de Cognac, Prix Goutte de Sang d'encre de Vienne, 2011...), Un avion sans elle (Prix Maison de la Presse et Prix du Roman populaire, 2012), Ne lâche pas ma main (Prix du roman insulaire, 2013), N'oublier jamais (2014), Gravé dans le sable (2014), Maman a tort (2015), Le temps est assassin (2016), On la trouvait plutôt jolie (2017), T'en souviens-tu, mon Anaïs ? (2018) et J'ai dû rêver trop fort (2019).
Ses ouvrages sont traduits dans trente cinq pays et les droits de ses romans ont été vendus pour le cinéma et la télévision. Ses romans font l'objet de séries à succès : Maman a tort en 2018 et, en 2019, Un avion sans elle et Le temps est assassin.


Date première édition: février 2019

Editeur: Presses de la Cité

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 2 / 10 (1 note)

Enregistré le: 15 octobre 2019



Félicie
Appréciation de lecture
J'ai dû rêver trop fort
Appréciation : 2 / 10
Commentaire #1 du : 15 octobre 2019
Michel Bussi : "J'ai dû rêver trop fort"
Il ne m'a pas fait rêver et je ne l'ai pas aimé du tout.

NOTE : 2/10 (pour l'encre et le papier)

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :