L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir - MONTERO Rosa

Couverture L'idée ridicule de ne plus jamais te revoirChargée d'écrire une préface pour l'extraordinaire journal que Marie Curie a tenu après la mort de Pierre Curie, Rosa Montera s'est vue prise dans un tourbillon de mots. Au fil de son récit du parcours extraordinaire et largement méconnu de cette femme hors normes, elle construit un livre à mi-chemin entre les souvenirs personnels et la mémoire collective, entre l'analyse de notre époque et l'évocation intime. Elle nous parle du dépassement de la douleur, de la perte de l'homme aimé qu'elle vient elle-même de vivre, du deuil, de la reconstruction de soi, des relations entre les hommes et les femmes, de la splendeur du sexe, de la bonne mort et de la belle vie, de la science et de l'ignorance, de la force salvatrice de la littérature et de la sagesse de ceux qui apprennent à jouir de l'existence avec plénitude et légèreté.
Vivant, libre, original, ce texte étonnant, plein de souvenirs, d'anecdotes et d'amitiés nous plonge dans le plaisir primaire qu'apporte une bonne histoire. Un récit sincère, émouvant, captivant dès ses premières pages. Le lecteur sent, comme toujours avec la vraie littérature, qu'il a été écrit pour lui.

Biographie de l’auteur

Rosa Montero, née à Madrid en 1951, est une romancière et journaliste espagnole. En 1976, après des études de lettres et de psychologie, elle se tourne vers le journalisme.Elle est envoyée en reportage en Amérique Latine, France, Grèce, Etats-Unis..., avant d'intégrer la rédaction du journal espagnol, El pais. En 1983, elle publie son premier roman "Te tratare como une reina" qui est un succès immédiat. Huit autres romans et plusieurs nouvelles pour enfants confirment son talent d'écrivain en Espagne. Peu d’ouvrages sont traduits en français.
Récompensée à plusieurs reprises pour son travail de journaliste, elle a reçu aussi de nombreux prix littéraires pour ses œuvres, que ce soit des romans, des essais ou des biographies.


Date première édition: janvier 2015

Editeur: Métailié

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 8.33 / 10 (3 notes)

Enregistré le: 04 juillet 2015



Gislaine
Appréciation de lecture
L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #3 du : 05 juillet 2017
Ce livre est un récit intime relatant deux chemins de vie, de deux femmes à des époques différentes.

A partir d'extraits du journal de Marie Curie, Rosa Montero s’interroge sur la place des femmes dans la société, sur le deuil et sur la vie en couple. Elle y mêle ses propres souvenirs. C’est une autre forme de biographie, une méditation intéressante et originale.

Marie Curie est décrite comme une scientifique engagée et combative, mais aussi comme une femme passionnément amoureuse. On y apprend beaucoup de choses sur la recherche, le radium, les convenances de l'époque.

L'écriture emploie les Hashtags qui rappellent l'écriture sur les "réseaux sociaux". Cela a un impact sur la narration et permet de souligner les thèmes chers à Rosa Montero : #Coïncidences, #Légèreté, #Mots, #CulpabilitéDeLaFemme, #FaiblesseDesHommes, #PlaceDeLaFemme, #FaireCeQu’IlFaut, #HonorerSesParents).

Un livre captivant : A lire sans plus attendre

Extrait :

J’entre dans le salon. On me dit : « Il est mort ». Peut-on comprendre des paroles pareilles ? Pierre est mort, lui que j’ai vu partir bien portant ce matin, lui que je comptais serrer dans mes bras le soir, je ne le reverrai que mort et c’est fini à jamais.
Marinette
Appréciation de lecture
L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 03 mars 2016
J’ai été au départ un peu déroutée que l'auteure mette en parallèle le deuil de Marie Curie, qui perd son mari en 1906, renversé par une voiture à cheval et sa propre histoire, puisque l'auteure a elle même perdu son mari d'un cancer quelques années avant, qu'on ne lui commande de préfacer le livre qui rééditera le journal de Marie Curie.
Mais c'est le prétexte à des digressions sur la place des femmes dans la société, dépendantes et indépendantes, sur le couple, les coïncidences, le sens du devoir (les parents qui ne faut pas décevoir...), sur le ressenti du deuil : " la vie se fraie un chemin avec la même opiniâtreté qu'une plante minuscule capable de fendre un sol en béton pour sortir sa tête. Mais en même temps, la peine suit aussi son cours."
Marie Curie n'était pour moi qu'une figure scientifique, célèbre et lointaine, et l'auteure la révèle profondément humaine, femme hors du commun, et idéaliste.

En citation, les vœux que Marie Curie a adressés à sa fille et son gendre :
Je vous souhaite une année de santé, de satisfaction, de bon travail, une année durant laquelle vous ayez chaque jour le plaisir de vivre, sans attendre que les jours s'écoulent pour y trouver de la satisfaction et sans avoir besoin de placer des espoirs de bonheur dans les jours à venir. Plus on vieillit, plus on sent que savoir jouir du moment présent est un don précieux, comparable à l'état de grâce.
Dernière édition : 03 mars 2016, 10:41:05 par gislaine  
Pascale
Appréciation de lecture
L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #1 du : 02 décembre 2015
C'est grâce au comité de lecture que j'ai découvert cet auteur espagnole.
On apprend autant sur Marie Curie dans cet ouvrage que sur la mécanique du deuil.

Ecrit tout en douceur en nous expliquant comment notre enfance nous construit, et surtout les choix que nous pouvons faire dans notre vie d'adulte.

Un livre triste et aussi plein d'espoir sur la vie qui continue autrement lorsque le deuil est intervenu et comment on peut préserver du plus difficile dans ce moment douloureux, le regard des autres.

J'ai conseillé cet ouvrage à des personnes très différentes : concernées par ce moment ou pas, jeune ou pas.
Chacun peut y prendre ce qui lui convient et en ressort différent.

A conseiller d'urgence.

Coup de coeur de Pascale

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :