Frères migrants - CHAMOISEAU Patrick

Couverture Frères migrants

La poésie n'est au service de rien, rien n'est à son service. Elle ne donne pas d'ordre et elle n'en reçoit pas. Elle ne résiste pas, elle existe -- c'est ainsi qu'elle s'oppose, ou mieux : qu'elle s'appose et signale tout ce qui est contraire à la dignité, à la décence. À tout ce qui est contraire aux beautés relationnelles du vivant. Quand un inacceptable surgissait quelque part, Edouard Glissant m'appelait pour me dire : " On ne peut pas laisser passer cela ! " Il appuyait sur le " on ne peut pas ". C'était pour moi toujours étrange. Nous ne disposions d'aucun pouvoir. Nous n'étions reliés à aucune puissance. Nous n'avions que la ferveur de nos indignations. C'est pourtant sur cette fragilité, pour le moins tremblante, qu'il fondait son droit et son devoir d'intervention. Il se réclamait de cette instance où se tiennent les poètes et les beaux êtres humains. Je ne suis pas poète, mais, face à la situation faite aux migrants sur toutes les rives du monde, j'ai imaginé qu'Edouard Glissant m'avait appelé, comme m'ont appelé quelques amies très vigilantes. Cette déclaration ne saurait agir sur la barbarie des frontières et sur les crimes qui s'y commettent. Elle ne sert qu'à esquisser en nous la voie d'un autre imaginaire du monde. Ce n'est pas grand-chose. C'est juste une lueur destinée aux hygiènes de l'esprit. Peut-être, une de ces lucioles pour la moindre desquelles Pier Paolo Pasolini aurait donné sa vie.

Biographie de l'auteur

Patrick Chamoiseau est né en 1953 à Fort-de-France en Martinique. Prix Goncourt pour Texaco (en 1992), il est l'auteur de récits intimes (Une enfance créole, en trois volumes), de romans (Chronique des sept misères, Solibo Magnifique, Biblique des derniers gestes), d'essais (Éloge de la créolité, Lettres créoles, Écrire en pays dominé), de pièces de théâtre, de poèmes et de scénarios. Il a publié en septembre 2016 La matière de l'absence (Seuil). Il vit au Lamentin.

Date première édition: avril 2017

Editeur: Seuil

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 7.50 / 10 (2 notes)

Enregistré le: 20 juin 2017



Gislaine
Appréciation de lecture
Frères migrants
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 24 février 2018
Patrick Chamoiseau met son art poétique au service des migrants. Il veut pour briser l’indifférence. Il évoque Édouard Glissant, et parle de mondialité qui est l’envers positif de la mondialisation.

Extrait : «La mondialité, c’est surtout ce que la mondialisation économique n’a pas envisagé, qui surgit et se produit sur la gamme d’un brasillement dans le vrac ténébreux. C’est l’inattendu humain – poétiquement humain – qui leur résiste, les outrepasse, et qui refuse de déserter le monde !»

La déclaration des poètes en seize articles, lancée en février 2017, conclut ce texte en forme d’un appel solennel et vibrant à tous les artistes.
«12- Les poètes déclarent que, quelles que soient les circonstances, un enfant ne saurait naître en dehors de l’enfance ; que l’enfance est le sel de la terre, le sol de notre sol, le sang de tous les sangs, que l’enfance est donc partout chez elle, comme la respiration du vent, le salubre de l’orage, le fécond de la foudre, prioritaire en tout, plénière d’emblée et citoyenne d’office.»

Ce plaidoyer pour les migrants est tellement ferré, le style si travaillé et le vocabulaire trop bien choisi, que la lecture demande beaucoup de concentration.
GENEVIEVE
Appréciation de lecture
Frères migrants
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #1 du : 20 juillet 2017
Ce livre traite d 'une façon très différente le problème des migrants ;les causes ,les conséquences et la responsabilité de

tous dans ce phénomène de société .

La lecture de ce livre demande de la concentration le vocabulaire est très riche .

a lire

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :