La femme révélée - NOHANT Gaëlle

Couverture La femme révéléeParis, 1950. Eliza Donneley se cache sous un nom d’emprunt dans un hôtel miteux. Elle a abandonné brusquement une vie dorée à Chicago, un mari fortuné et un enfant chéri, emportant quelques affaires, son Rolleiflex et la photo de son petit garçon. Pourquoi la jeune femme s’est-elle enfuie au risque de tout perdre  ?
Vite dépouillée de toutes ressources, désorientée, seule dans une ville inconnue, Eliza devenue Violet doit se réinventer. Au fil des rencontres, elle trouve un job de garde d’enfants et part à la découverte d’un Paris où la grisaille de l’après-guerre s’éclaire d’un désir de vie retrouvé, au son des clubs de jazz de Saint-Germain-des-Prés. A travers l’objectif de son appareil photo, Violet apprivoise la ville, saisit l’humanité des humbles et des invisibles.
Dans cette vie précaire et encombrée de secrets, elle se découvre des forces et une liberté nouvelle, tisse des amitiés profondes et se laisse traverser par le souffle d’une passion amoureuse.
Mais comment vivre traquée, déchirée par le manque de son fils et la douleur de l’exil ? Comment apaiser les terreurs qui l’ont poussée à fuir son pays et les siens ?  Et comment, surtout, se pardonner d’être partie  ?
Vingt ans plus tard, au printemps 1968, Violet peut enfin revenir à Chicago. Elle retrouve une ville chauffée à blanc par le mouvement des droits civiques, l’opposition à la guerre du Vietnam et l’assassinat de Martin Luther King. Partie à la recherche de son fils, elle est entraînée au plus près des émeutes qui font rage au cœur de la cité. Une fois encore, Violet prend tous les risques et suit avec détermination son destin, quels que soient les sacrifices.
Au fil du chemin, elle aura gagné sa liberté, le droit de vivre en artiste et en accord avec ses convictions. Et, peut-être, la possibilité d’apaiser les blessures du passé. Aucun lecteur ne pourra oublier Violet-Eliza, héroïne en route vers la modernité, vibrant à chaque page d’une troublante intensité, habitée par la grâce d’une écriture ample et sensible.

Biographie de l'auteur

Gaëlle Nohant, née en 1973, est une écrivaine française.
Elle a fait des études de Lettres.
Gaëlle Nohant, est lauréate avec Jennifer D. Richard (Bleu poussière) de l'édition 2007 de lca Résidence du premier roman consacrée à la littérature fantastique.
"La Part des flammes" (2015) (prix France Bleu/Page des libraires, 2015 et prix du Livre de Poche, 2016) est son deuxième roman après "L’ancre des rêves" (2007), récompensé par le prix Encre Marine.
Elle a reçu prix des libraires 2018 pour "Légende d’un dormeur éveillé" (2017) biographie romancée de Robert Desnos.
Elle est également l’auteur d’un document sur le rugby ("Le Rugby club toulonnais 1908-2008", 2008) et d’un recueil de nouvelles.
Gaëlle Nohant vit aujourd’hui à Lyon.

Date première édition: janvier 2020

Editeur: Grasset

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 9 / 10 (2 notes)

Enregistré le: 27 juillet 2020



POMAH
Appréciation de lecture
La femme révélée
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #2 du : 23 août 2020
c'est l'émancipation de la femme bien avant l'heure.
ELIZA fuit pour sa liberté, pour vivre aussi - repartir de zéro, même si son cauchemar, c'est d'avoir laissé son petit garçon -


De ses rencontres amicales, puis amoureuses, son appareil photo autour du cou, comme un cordon ombilical dans lequel elle stocke tous les instants de sa vie, ELIZA retrouvera le sourire et la force de se battre pour retrouver son enfant.

Note actuelle : violences conjuguales, violences raciales, lutte du peuple noir, on replonge dans le mouvement des droits civiques, la guerre du VIETNAM, l'assassinat de ML KING, les frères KENNEDY, la violence des rues de CHICAGO, mais l'amour aussi
Que de documentations sous formes photographiques va nous faire partager l'auteure - c'est bien écrit, clair, juste, on ne se lasse pas,

Je ne me lasse pas du style de Gaëlle NOHANT , riche, fluide, sensible.

Encore une magnifique histoire.
MB
Appréciation de lecture
La femme révélée
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #1 du : 19 août 2020
MAGNIFIQUE portrait d'une jeune femme américaine de Chicago, Eliza-Violet après la seconde guerre mondiale qui échappe à un destin tout tracé auprès d'un mari fortuné ADAM, escroc,, avide de réussite sociale au besoin en écrasant ceux qui gênent son ascension par divers moyens...

"...ces parenthèses où je retrouvais un peu de l'ancien Adam me laissaient à découvert...mais il me faisait payer cher ces abandons d'un soir. Les coups bas qui suivaient m'étourdissaient. Je compris peu à peu qu'il aimait me soumettre à ces dents de scie, ces montagnes russes qui m'entraînaient toujours plus bas, plus vite...certaines nuits je me sentais tellement vide que je m'endormais sur la promesse de le quitter."

Elle réussit à partir à Paris mais ressent douloureusement le manque de son petit garçon abandonné auprès de son père, : "je peine à repousser la pensée obsédante de mon petit garçon qui me cherche dans la maison, me cherche et m'appelle", mais elle revit et découvre d'autres sortes de personnes : une prostituée, un photographe, des musiciens de jazz, etc et elle déploie son talent de photographe puisqu'on la reconnaît comme une artiste dans les années 50, quelle victoire !

Après de nombreuses années elle retourne aux Etats-Unis à la recherche de Tim son fils et vit inténsément au plus près les émeutes de 1968 à Chicago


L'écriture est élégante, descriptive, même si le récit est à la première personne (écrit par Eliza-Violet) et que cela peut surprendre

Roman puissant !

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :