Et du ciel tombèrent 3 pommes - ABGARYAN Narinai

Couverture Et du ciel tombèrent 3 pommesLe point de départ de ce roman sincère et délicat est un village situé au sommet des montagnes arméniennes. Au fil des pages, il devient une allégorie du monde moderne : la guerre et les catastrophes naturelles anéantissent la vie des familles qui y vivent et qui doivent puiser en elles-mêmes pour surmonter ces tragédies. Construit autour de quatre histoires personnelles captivantes, le roman crée un récit universel et met en lumière la force de l'amour, de la famille et des souvenirs heureux, inaltérables. Le titre du roman vient d'un proverbe ancien : "Et du ciel tombèrent 3 pommes : la première dans les mains de celui qui a conté, la deuxième dans celles de celui qui a écouté, la troisième dans celles de celui qui a compris."

Biographie de l'auteur

Narinai Abgaryan, née en 1971, est une romancière russe d'origine arménienne.
Née dans le nord-est de l'Arménie Soviétique, elle vit aujourd'hui en Russie.
Très attachée à sa culture, ses romans se caractérisent par une part autobiographie et par une part fondamentale de l'Arménie à travers ses histoires.
Deux de ses romans sont disponibles en France chez Macha Publishing : "Dans mon coeur à jamais" et "Et du ciel tombèrent 3 pommes".

Date première édition: octobre 2016

Editeur: Macha Publishing

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 8 / 10 (3 notes)

Enregistré le: 22 avril 2020



Marie Claire
Appréciation de lecture
Et du ciel tombèrent 3 pommes
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #3 du : 11 juin 2020
Un village reculé, des familles où ne restent que des vieillards, l’auteure raconte leur vie simple et rude modelée par les catastrophes qui se sont succédé au fil du temps.
Le style est simple,dépouillé ,les personnages dignes et il n’y a pas de complaisance dans ces récits.Nous sommes touchés par la solidarité qui unit les habitants de Marane et par l’espoir qui les fait avancer. L’auteure mêle aussi du merveilleux aux rites et aux superstitions de la communauté , même si l’histoire et les personnages sont ancrés dans le réel.
Ce livre m’a fait penser au réalisme magique de Garcia Marquez dans Cent ans de solitude

Une très belle découverte , même si j’ai moins aimé la dernière partie du livre , les trois histoires me semblent trop éloignées de l’ensemble du roman
pomah
Appréciation de lecture
Et du ciel tombèrent 3 pommes
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #2 du : 30 mai 2020
marinette fait un bon résumé.

pour moi, une découverte, l'ARMENIE, peu de livres en parle - et surtout son peuple - découverte de ce petit village sur la montagne arménienne, promenade olfactive, colorée, sensorielle _ découverte de ces gens, humbles, forts, dignes, touchants - qui transmettent leurs valeurs aux générations - ces gens qui ont connu la guerre, la famine, la pauvreté, sont riches....

des belles histoires d'amour, de souvenirs heureux, de chagrins -

j'ai adoré ce livre - parce qu'il m'a apaisé - je l'ai lu lors de ce fameux confinement, et c'était des bouffées d'oxygène.
Marinette
Appréciation de lecture
Et du ciel tombèrent 3 pommes
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #1 du : 22 avril 2020
Le titre provient d'un proverbe : Et du ciel tombèrent trois pommes, la 1ère dans les mains de celui qui a conté, la 2eme dans celle qui a écouté, la 3eme dans celle de celui qui a compris.

"Un vendredi, juste après midi, lorsque le soleil franchit son zénith et se met à descendre lentement vers l'extrémité ouest de la vallée, Anatolia Sevoiants se coucha pour mourir".
Et d'emblée , nous sommes plongés dans un conte allégorique et onirique, au travers de l'histoire d'un petit village, Marane, où quelques habitants vieillissants et résilients, ont survécu à la guerre, à la famine et aux catastrophes écologiques.
"Après huit longues années d'un conflit qui avait emporté partout dans le monde tant de vies humaines, la guerre avait fini par reculer, à grand renfort de cris, en boitillant et en se repaissant de tous ses crimes de sang".

Un style délicat, empreint de poésie, pour décrire les odeurs, les couleurs, les détails de la vie quotidienne, les rites et les croyances, l'entraide entre générations et êtres chers.

Était-ce renforcé par la situation de confinement durant lequel je l'ai découvert, mais ce roman apparaît comme un singulier hommage à la vie, à une solidarité digne et humble. Il insuffle une bouffée d'air frais, un dépaysement plein de charme et d'espoir, face à notre environnement.
"Rien n'est plus destructeur que l'oisiveté, disait souvent son père. L'oisiveté et la fainéantise rendent la vie absurde. A présent, Vassili comprenait toute la justesse de ses paroles. En effet, la vie devenait absurde à partir du moment où l'homme cessait d'être utile à son prochain. Et comment pouvait-il être plus utile aux autres que par son travail ?"

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :