Un certain M. Piekielny - DESERABLE François-Henri

Couverture Un certain M. Piekielny "Quand tu rencontreras de grands personnages, des hommes importants, promets-moi de leur dire : au n°16 de la rue Grande-Pohulanka, à Wilno, habitait M. Piekielny". Quand il fit la promesse à ce M. Piekielny, son voisin, qui ressemblait à "une souris triste", Roman Kacew était enfant. Devenu adulte, résistant, diplomate, écrivain sous le nom de Romain Gary, il s'en est toujours acquitté : "Des estrades de l'ONU à l'Ambassade de Londres, du Palais Fédéral de Berne à l'Elysée, devant Charles de Gaulle et Vichinsky, devant les hauts dignitaires et les bâtisseurs pour mille ans, je n'ai jamais manqué de mentionner l'existence du petit homme", raconte-t-il dans La promesse de l'aube, son autobiographie romancée. Un jour de mai, des hasards m'ont jeté devant le n° 16 de la rue Grande-Pohulanka. J'ai décidé, ce jour-là, de partir à la recherche d'un certain M. Piekielny".

Biographie de l'auteur

Né en 1987, François-Henri Désérable est l'auteurde Tu montreras ma tête au peuple et Evariste.

Date première édition: août 2017

Editeur: Gallimard

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 7.17 / 10 (6 notes)

Enregistré le: 31 mars 2018



Marie-Claire
Appréciation de lecture
Un certain M. Piekielny
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #6 du : 05 juin 2018
C’est dans une enquête à plusieurs niveaux que nous entraîne l’auteur.
Tout d’abord enquête sur ce M. Piekielny, évoqué brièvement dans La Promesse de l’aube et dont l’auteur va essayer de retrouver la trace. N’est-il qu’un personnage ou une personne ? Ce faisant, il nous entraîne aussi sur les pas de Romain Gary , sa vie, son œuvre, ses rencontres, ses mensonges ; a-t-il tenu sa promesse d’évoquer le nom de « la petite souris triste » devant les grands de ce monde ?
Enfin, J.F. Désérable nous parle de lui-même, de ses ressemblances avec l’auteur tant admiré, il devient un de ses personnages , il emmêle les fils du récit avec humour .C’est très bien écrit, très agréable à lire.
Pour moi, ce livre est avant tout une enquête sur la la vérité et le mensonge en littérature: au fond, est-il important que M. Piekielny ait existé ou non ? C’est une réflexion sur le pouvoir de l’auteur à donner la vie éternelle. Toutes ces mères, celle de Gary, de Colette, d’Albert Cohen…..Qui étaient-elles vraiment avant de devenir des figures littéraires ?
Bravo pour cet éloge de la littérature !!
Joëlle
Appréciation de lecture
Un certain M. Piekielny
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #5 du : 04 juin 2018
L'écriture est agréable et facile à lire. J'ai passé un moment agréable à la recherche de M. Piekielny. Cependant une note de déception. J'ai ressenti ce roman comme "l'autopsie" Des promesses de l'aube.
Peu importe que Romain Gary est embelli les moments de sa vie, plus vendeur, non je ne crois pas, mais une vie plus douce plus facile à supporter. A quoi bon chercher des vérités, pour en laisser beaucoup d'incertitudes ?
Dernière édition : 04 juin 2018, 21:13:31 par moderateur  
Gislaine
Appréciation de lecture
Un certain M. Piekielny
Appréciation : 7,5 / 10
Commentaire #4 du : 28 mai 2018
Mais qui est donc ce Monsieur Piekielny ?

Brave lecteur, vous ne le saurez pas … mais en revanche, dès que vous aurez passé les 50 premières pages, vous allez être pris dans une enquête et découvrir une biographie très personnelle de Romain Gary, celle de l’auteur et le destin des juifs de Lituanie.

De 2 choses l’une :
Soit vous connaissez relativement bien la vie de l’auteur de « La promesse de l’aube » et vous serez emporté par cette biographie moderne
Soit vous ne connaissez pas trop et vous serez conquis par le style et les propos de François-Henri Désérable.

Un livre que j’ai bien aimé : belle littérature, humour, ton enjoué, anecdotes, et bien sûr comme toute enquête qui se respecte une chute !
POMAH
Appréciation de lecture
Un certain M. Piekielny
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #3 du : 26 mai 2018
259 pages, et il ne l'a pas trouvé , mais ce monsieur PIEKIELNY a t'il vraiment existé ?? est il parti comme beaucoup d'autres dans les fours crématoires - ,, -
style agréable, pas mal d'humour,de l'ombre au tableau avec les atrocités nazis, mais pas très intéressant pour ma part, cette histoire - FHD, comme dirait MICHEL G, cela ne vous fait-il pas penser à quelqu'un d'autre - une certaine identification à ROMAIN GARY, et cette course pour trouver l'introuvable.

Je relève cette phrase :" je commence toujours mes romans pas cinquante pages ennuyeuses - pour décourager les cons".
Michel G.
Appréciation de lecture
Un certain M. Piekielny
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 06 mai 2018
François-Henri Désérable (disons FHD) est un jeune écrivain charmant qui pour plaire à sa mère a fait des études de droit car la fac était à côté de la patinoire où il pratiquait assidûment le hokey sur glace !
Son livre n'apprend pas grand chose sur Romain Gary à ceux qui (comme moi) ont lu "la promesse de l'aube" et vu le film récent d'Eric Barbier.
FHD nous sert trois mini biographies : celle de Gary, la sienne et celle de M.Piékielny (la plus sommaire). Comme Gary, auquel il semble parfois s'identifier, il pratique avec talent l'art de l'affabulation. Parfois cela agace. Heureusement FHD écrit avec humour et son style est agréable.
Michel-Henri
Appréciation de lecture
Un certain M. Piekielny
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #1 du : 08 avril 2018
L’auteur, en partant d’un minuscule personnage du roman de Roman Gary « La promesse de l’aube »nous entraîne dans une promenade littéraire divagante. C’est comme un long fleuve bordé d’affluents, nous explorons chacun mais tous nous ramènent au cours principal et vers l’embouchure. Ce personnage, M. Piekielny, est le leitmotiv de l’œuvre. Il apparaît subalterne puis son importance grandit jusqu’à en faire le point d’ancrage de la narration, double négatif de l’écrivain mais qui va donner sa justification à l’œuvre de Gary.
Et si nous n’écrivions et ne lisions que pour faire vivre ceux qui sans cela seraient promis à l’oubli et mieux encore faire vivre des entités fictives. Le personnages de roman réels ou non nous permettraient ainsi d’échapper à notre propre finitude en nous donnant un semblant d’éternité.
C’est parfaitement bien écrit avec une recherche appuyée de mots rares et poétiques. Ce n’est pas dénué non plus d’humour, l’auteur assumant modestement de jouer dans la cour des grands. Le découpage en minuscules chapitres est plus déroutant et peut-être un peu trop cinématographique. Mais bon vivons avec notre temps !
La fin ouverte est particulièrement bien vu. Que M. Piekielny existe réellement ou pas est-ce si important ? L’important n’est pas le but mais le chemin qu’on nous fait prendre, cheminement dans le foisonnement luxuriant de la littérature.

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :